LA REPLIQUE
Friche belle de mai
41, rue Jobin
13331 Marseille
Cedex 03

T : 04 26 78 12 80
P : 06 62 01 61 40
contact@lareplique.org

   

LABORATOIRE D'ARTS VIVANTS - Massacre : essai(s), sexualité(s)
Mardi, 18 Juin 2019 10:00 - Vendredi, 21 Juin 2019 17:00
Laboratoires
 

Description

LABO D'ARTS VIVANTS - Massacre : essai(s), sexualité(s)

Du 18 au 21 juin de 10h à 17h à Marseille

Avec Mickaël Délis & Vladimir Perrin

Informations & inscription :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 


 

Après avoir circonscrit la problématique de notre prochaine création dans le cadre d'un premier laboratoire en octobre 2018, il y eut l’envie d’un tableau, où chacun des sept comédiens porteraient à bout de bras devant son front un massacre différent. Une paire de cornes animales, buffle, taureau, antilope… dessinant avec des contres une armée de silhouettes mi-homme, mi-animale, interrogeant le temps d’unedanse - tribale, contemporaine - la BESTIALITÉ supposée des animaux et l'HUMANITÉ tout aussi supposée des humains. Et faire ainsi communiquer les propriétés de l’un et de l’autre dans un brouillard trouble créé par un jeu de lumière, sans plus savoir qui est qui et où se trouve finalement la bestialité, la sauvagerie, la violence.
Et puis ce terme de MASSACRE a commencé à résonner, pour recouper tout ce que nous voulions aborder. Le massacre du LANGAGE SEXUEL et charnel par la religion, l’histoire, la morale, le langage guerrier, violent, agressif qu’il recouvre et que nous souhaitons déconstruire. Pourquoi ? Comment en sommes nous arriver à faire du plus bel espace de paix et de félicité un champ de bataille funeste où le plaisir ne se donne pas mais s’arrache ?
Le MASSACRE DU CORPS JOUISSANT ensuite. Des homosexuels, ces jouisseurs compulsifs etdécomplexés de l’imaginaire collectif, qui sont à cet égard inquiétants, et par là, réductibles à du contrenature, étant donné que la nature moralisée et théologisée prive l’homme de sa chair. Les homosexuels honnis, pendus, brulés, poussés des derniers étages d’immeubles par DAESH, emprisonnées en Russie, persécutés en Tchétchénie avec les encouragements de l’état. Massacre du corps féminin jouissant lui aussi. Son excision. La peur de cet orgasme puissant. Son relégat à la sorcellerie, puis à l’hystérie. Le corps qui jouit, un corps malade. Menaçant. Comme en témoigne l’histoire du vibromasseur, né de la fatigue des médecins à soulager leurs patientes manuellement, dont l’hystérie semblait soulagée par un massage du clitoris. Massacres donc, divers, nombreux, à pointer, à interroger, à dénoncer. Avec des comédiens, devenant des bêtes, devenant des hommes et des femmes, révélant l’immonde et fascinante humanité, le temps d’un spectacle, et offrant de recouvrer l’incarnation perdue. La religion, l’histoire, la morale, la domination masculine, cet étrange agrégat qui s’est évertué à tuer le corps, à silencier la chair. L’étrange incarnation par le verbe.
Massacre(s). À mettre en scène. Pour les mettre en pièce. Et jouir, sans entrave. Parler de sexe sans rougeur. Désirer sans panique. Pour une réincarnation du vivant. Sans attendre la mort. Qu’elle soit petite ou grande.

 

 


 

Mickaël Délis

Élève comédien et danseur au conservatoire du XXème arrondissement, Mickaël travaille pour diverses compagnies, dont le théâtre de la lune, l’étoile Bleue, NAOPS. Il tourne dans plusieurs séries, courts métrages et web séries. Il travaille également pour La Possible Echappée, association qui promeut le théâtre auprès de personnes en situation de handicap. En 2015, il co-crée avec la chorégraphe Laura Biasse un spectacle pour 3 de ses élèves handicapés et une comédienne professionnelle. Il enseigne à la faculté de Créteil, dirige la troupe de l’université et multiplie les collaborations en tant qu’auteur.
Après une formation universitaire et un conservatoire d’arrondissement, Mickaël a vu ses premiers textes sélectionnés par le Théâtre du Rond Point dans le cadre des premières éditions des concours inter-conservatoires. Lauréat de plusieurs prix, il a, en plus de l’écriture théâtrale, été critique d’art contemporain et rédacteur de plusieurs centaines de scénarios institutionnels et publicitaires pour diverses boites de production au cours des 4 dernières années.
Mickaël Délis a mis en scène chacune de ses pièces (Théâtre du Rond Point, Vingtième Théâtre, Théâtre des Déchargeurs…). Enseignant de pratique théâtrale à l’université Paris 12, en plus de ses propres textes, il a mis en scène divers projets dans le cadre du Festival Etudiant Folies Douces à la MAC de Créteil. Avec les meilleurs de ses élèves il a créé le Troupe du Créteil Soleil et monté entre autres pièces Pulvérisés d’Alexandra Badéa – prix de littérature dramatique 2014. Ce projet a reçu le prix du jury à l’unanimité du festival de Cabourg, du festival d’hiver HEC, du festival Paon d’Or de Lille, et du festival Rideau Rouge organisé par Sciences Po au Théâtre de la Bastille.

Vladimir Perrin

Après ses premières années au conservatoire national de région de Nice, Vladimir se forme au laboratoire de l’acteur et poursuivra son apprentissage au cours de stages auprès de créateurs tels que Fadhel Jaibi,  Redjep Mitrovitsa, Frédéric Fisbach, Kristin Scott Thomas... Aussi à l’aise sur scène qu’à l’écran, Vladimir tourne pour le cinéma, la télévision, en France et à l’étranger et s’attaque à la comédie, au drame, au contemporain comme au classique lorsqu’il est question de théâtre. Il a également étudié le cinéma à l'Université Paris 8 et réalise en 2016 son premier court métrage dans le cadre du programme cinetalents pour l'association 1000 visages.