FORMATION PRO - L'âme du film, le plaisir du jeu : acteurs et réalisateurs autour de la caméra

Formation
Du 8 au 27 novembre 2021
Inscriptions jusqu'au 15 octobre 2021
Marseille
Avec Stéphane Foenkinos, Marilyne Canto, César Vayssié, Sarah Arnold, Jean-Marc Moutout, Liza Ignazi
Stage L'âme du film le plaisir du jeu

Ce stage permettra aux réalisateurs comme aux comédiens de se confronter aux particularités et aux subtilités du jeu et de sa direction, en se plaçant tour à tour à leur propre poste, mais aussi à celui de leurs partenaires.
Sur une durée de trois semaines, les stagiaires seront amené·e·s à se diriger les uns les autres autour de séquences apportées tant par les stagiaires réalisateurs que par les formateurs, depuis l’étape de lecture à la table et d’expérimentation du jeu et des dialogues, jusqu’à l’immersion en conditions réelles au cœur des libertés et contraintes spécifiques du cinéma et de la télé. Les formats Internet et smartphones seront aussi traversés, au-delà de leur valeur culturelle de formats émergents, comme une mise en condition, un assouplissement technique préalable, donnant du sens à la démarche et permettant aux stagiaires de retrouver le plaisir du jeu et de la création.

Objectifs pédagogiques :

Pour tou.te.s :
- Capacité à s’adapter à différents profils d’acteurs / de réalisateurs / de fictions / de formats

Pour les réalisateurs :
- Diriger les comédiens pendant un tournage

- Maîtriser le cadrage, la façon de filmer, en fonction de l’effet recherché sur le jeu.

- Apprendre à faire confiance à ses acteurs et à créer les conditions de cette confiance et de l’écoute mutuelle.

- Savoir préparer la direction d’un acteur dès l'exposition de ses intentions narratives et à lui formuler clairement et précisément ses intentions. 

Pour les acteurs :
- Acquérir une conscience accrue de ce qui se passe de manière globale sur un tournage, selon le format, et de ce que l’on attend d’eux.

- Être capable de faire évoluer leur jeu sur demande, sans frein ou inhibition

- Savoir conserver une neutralité, une disponibilité, ou une grande inventivité / productivité, selon les attentes du réalisateur et les exigences du format
Pouvoir s’adapter de façon souple aux contraintes d’un tournage.
- Apprivoiser la caméra et savoir tirer parti de toutes les contraintes des différents formats et de la mise en scène. 

MODALITÉS

Du 8 au 27 novembre 2021 à Marseille
Formation entièrement en présentiel
Durée du stage : 
18 jours / 126 heures
Public concerné : comédien·ne·s professionnel·le·s ayant une expérience de tournage ; réalisateur·trice·s ayant le désir de perfectionner la direction d'acteurs
Conditions d'accès : avoir des droits à la formation disponibles auprès de l'AFDAS (autres financements : nous contacter)
Tarifs : nous contacter
Informations & inscription : formationpro@lareplique.org / 04 26 78 12 80
Date limite d'inscription : vendredi 15 octobre 2021
Dans un souci d'inclusion et d'amélioration de notre accessibilité, nous vous invitons à signaler d'éventuelles situations de handicap afin que nous puissions en tenir compte au mieux.

NOUVEAU : FINANCEZ VOTRE STAGE GRÂCE AUX BOURSES ADAMI
Pour les comédiens n'ayant pas de droits Afdas (hors carence)
Voir conditions

Adami

Intervenant(s)
Stéphane Foenkinos

Ancien professeur d’anglais, il devient directeur de casting pour le réalisateur Jacques Doillon en 1997. Il travaille ensuite sur une soixantaine de longs métrages dirigés entre autres par Jean-Luc Godard, François Ozon, André Téchiné, Claude Chabrol, Coline Serreau, Danièle Thompson, Catherine Corsini, mais aussi Peter Greenaway, Robert Zemeckis, Terrence Malick, Woody Allen ou sur les franchises Harry Potter et James Bond. Parallèlement auteur et scénariste, il collabore à des séries populaires (Vénus et Apollon, Hard ou Fais pas ci, Fais pas ça) et adapte et met en scène pour le théâtre, notamment en 2019, Noire de et avec Tania de Montaigne (CDN Rouen/Théâtre du Rond Point).
Avec son frère, le romancier David Foenkinos, il réalise en 2006 le court métrage, Une histoire de pieds, avant d’adapter le best-seller de David,  La Délicatesse en 2011 avec Audrey Tautou et François Damiens, nommé aux César du meilleur premier film et de la meilleure adaptation, et sorti dans plus de 30 pays, avant Jalouse en 2017 qui vaut également une nomination aux Prix Lumière et aux César ainsi qu’un Globe de Cristal de la meilleure actrice à son interprète principale, Karin Viard. Ils sont actuellement en préparation de leur 3ème long métrage, Les Fantasmes.
Ayant à cœur la transmission, Stéphane intervient régulièrement dans le milieu scolaire, universitaire (Femis, Cinéfabrique, UNIL/Lausanne…), carcéral ou auprès de chefs d’entreprises sur des thématiques allant de l’adaptation aux techniques de recrutement. Il anime également des stages de comédiens et des ateliers de scénarii ainsi que des rencontres et débats au Festival de Cannes, au Festival des Scénaristes de Valence, à Série Manias ou au Festival du Film Américain de Deauville. Par ailleurs ardent défenseur de la parité et de la diversité dans le milieu artistique, il est impliqué dans les associations 50/50, Le Tunnel des 50, HeforShe / ONU Femmes France.

Marilyne Canto

Elle apparaît très jeune dans deux films sortis en 1978, puis, en 1982, dans la série télévisée Joëlle Mazart (saison 2 de Pause Café). Admise en 1987 à l'école du Théâtre national de Strasbourg (TNS), elle en sort diplômée en 1990. Elle joue au théâtre sous la direction de Jacques Lassalle et de Jean Jourdheuil, puis au cinéma avec notamment Claude Chabrol, Dominique Cabrera, Manuel Poirier, Pierre Salvadori, René Féret, Maïwenn ou Robert Guédiguian. À la télévision, elle tourne, entre autres, avec William Karel ou Alain Tasma.
Parallèlement à sa carrière d’actrice, elle est l’assistante de Philippe Garrel sur Le Cœur fantôme et réalise plusieurs courts-métrages : Nouilles, qui obtient le Grand prix du festival de Brest, Fais de beaux rêves (César du Meilleur Court-Métrage en 2007 et Grand prix des festivals de Clermont-Ferrand et Belfort).
Son premier long-métrage Le Sens de l’humour, soutenu par la fondation Gan, est sélectionné au festival de Locarno en 2013.
Récemment, elle a joué dans Après la guerre d’Annarita Zambrano, Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête d’Ilan Klipper, et, à la télévision, dans la série Alex Hugo, ainsi que dans Fierté de Philippe Faucon et Une Vie après de Jean Marc Brandolo.
En 2017, elle a réalisé pour Arte un documentaire intitulé Faire la paix.

César Vayssié

César Vayssié investit plusieurs champs artistiques et développe la relation art et politique. Chorégraphe ignorant, il aborde la danse comme phénomène emblématique de l'engagement du corps, à travers des films et des performances qui conceptualisent la mixité des genres et des compétences. Il travaille souvent avec des étudiants et des jeunes artistes pour sonder la manière dont ils abordent le désir amoureux, artistique et politique dans une société bouleversée. Il collabore avec Boris Charmatz, Philippe Quesne, François Chaignaud, Yves Pagès, Olivia Grandville…Ses travaux ont été montrés au Folkwang Museum (Essen), au Théâtre Nanterre-Amandiers, au MuCEM et Actoral à Marseille, à la FIAC Paris, à la Tate Modern et à l’ICA à Londres, au MOMI et MoMA à New-York, à Tanzquartier ou Impulstanz à Vienne, au Festival de la Cité de Lausanne, au Festival Belluard à Fribourg… et dans de nombreux lieux dédiés à l'image et au spectacle vivant. Il intervient à travers des workshops, masterclass et mentoring (Ensad-Paris, Moscow Film School, Bern University of Art (CH), University of Antio quia Medellin, Isdat Toulouse…). Son film UFE(UNFILMEVENEMENT) a remporté le Prix Georges De Beauregard National et le Prix du public au FID Marseille 2016. Son dernier film NE TRAVAILLE PAS a obtenu le FIPRESCI PRIZE à la VIENNALE 2018.

Sarah Arnold

Née en 1980 à Zurich (Suisse), et de nationalité italo-suisse, Sarah Arnold a vécu une partie de son enfance sur un voilier entre l'Afrique et le Brésil. En 2006, elle se diplôme à L'ENSAV de Toulouse puis s'installe à Paris et travaille dans la production. En 2010, son premier court-métrage Leçon de Ténèbres connaît un remarquable parcours en festivals et reçoit le Prix du Jury au festival de Turin. En 2014 Totems reçoit le Pardino d’Oro dans la section nationale. Parades remporte le prix du jury jeune au festival de Locarno en 2017. En 2020, elle termine l'écriture de son premier long-métrage.

Jean-Marc Moutout

Après avoir suivi une formation de comédien au cours Simon, Jean-Marc Moutout entreprend des études de scénariste à l’IAD (Institut des arts de diffusion) de Bruxelles. Ses courts métrages remportent immédiatement un franc succès dans les festivals, notamment Tout doit disparaître !, nommé pour le césar du Meilleur court métrage. Après la réalisation d’un téléfilm pour Arte, Libre circulation, il signe son premier long métrage en 2004 avec Violence des échanges en milieu tempéré mettant en scène un jeune salarié dont la mission principale est de choisir le personnel qui ne sera pas licencié. En 2008 sort son second long métrage, La Fabrique des sentiments avec Elsa Zylberstein, sélectionné au Festival de Berlin. Son troisième long métrage De bon matin, avec Jean-Pierre Daroussin et Valérie Dréville, sort en 2011. Pour la télévision, il participe notamment à l'écriture et à la réalisation de la première saison du Bureau des Légendes, et à l'écriture de la mini-série Victor Hugo. 

Liza Ignazi

Depuis 2002, elle est monteuse de documentaires, de fictions, de bandes-annonces, et films institutionnels. Depuis 2000, elle est assistante monteuse sur des films de Raùl Ruiz, Léos Carax, Régis Wargnier, Laetitia Masson, Anne Fontaine, Emmanuel Mouret, Pascal Bonitzer, Ramzy Bédia, Olivier Baroux, Danielle Arbid. Fin 2014 et 2015, elle intervient à la Fémis et au Conservatoire Libre du Cinéma Français.