LA REPLIQUE
Friche belle de mai
41, rue Jobin
13331 Marseille
Cedex 03

T : 04 26 78 12 80
P : 06 62 01 61 40
contact@lareplique.org

   

LABO ARTS VIVANTS - (EST-CE)(JUSTE) LA FIN DU MONDE ?
Mardi, 09 Mai 2017 - Vendredi, 12 Mai 2017
Laboratoires
 

Description

(EST-CE)(JUSTE) LA FIN DU MONDE ? - LABORATOIRE ARTS VIVANTS

DU 9 AU 12 MAI DE 10H À 18H 

A LA FRICHE BELLE DE MAI

 

Proposition d'Eric Schlaeflin et Angie Pict

Le contenu du Labo proposé du 9 au 12 mai à la Friche a changé.Au point de départ, il fut question de travailler essentiellement deux textes de Jean-LucLagarce — Juste la fin du monde et Le Pays lointain — dans le but d’une prochaine création.

Les deux principaux axes de recherche étaient : l’énonciation de cette langue particulièretant dans sa forme que dans le cheminement de la pensée et la présence corporelle dugroupe et de l’individu autour de la question de la communauté.

Précédemment, j’ai poursuivi aux côtés d’Angie Pict un travail sur La République dubonheur de M. Crimp. Nous avons choisi de prolonger cette expérience avec la créationde la dernière pièce actuellement écrite par cet auteur, intitulée Le reste vous leconnaissez par le cinéma. Il s’agit d’une réécriture de la pièce d’Euripide, Les Phéniciennes.

Alors que nous sommes au commencement de ce projet, l’analyse dramaturgique dutexte écrit par Crimp met en lumière un fil qui me rappelle Le Pays lointain. C’est autour de deux questions exposées dans leur nudité que l’ensemble de ces oeuvres semblentcreuser un sillage : le verbe et la communauté.La logorrhée fait partie des usages de la langue chez Lagarce comme chez Crimp. Leverbe s’épanche en même temps qu’il se vide et interroge cruellement son bien-fondéalors qu’il ne semble qu’aggraver la situation…Pour l’acteur, le risque est grand de parler mécaniquement sous l’effet d’un vaste courantd’air qui le porte à ouvrir la bouche.Ces textes posent la question du silence et du temps ; ils inquiètent tout autant la placedu regard et ce que nous en faisons pour l’exercice du langage.

Nous avons voulu partager et expérimenter, dans le cadre de La Réplique, cette mise encommun. Elle existe sur ce projet à plusieurs niveaux : entre des textes qui se répondentet s’imbriquent ; entre Angie et moi autour de la dramaturgie et de la direction d’acteurs,entre vous et nous sur une recherche performative à partir des axes proposés ci-dessus.

Nous garderons au maximum la trame présentée initialement pour le déroulement desquatre jours ; j’entends en cela que les deux premiers jours seront plutôt orientés sur letravail de la voix, de l’énonciation et de la dramaturgie, et les deux derniers serontdavantage dédiés à la dimension corporelle, à la figure et à l’incarnation."

Enfin, procédant à rebours de l’écriture de cette note, je vous laisse prendre aussiconnaissance d’un écart qui a précédé ce que vous venez de lire. Cette trace décaléepose en filigrane et sous-tend les enjeux de ce Labo.

On nous annonce Lagarce et on se retrouve avec Crimp !
Un Anglais.
Oui, quand on a des auteurs français qui écrivent du théâtre, et qui voudraient travailler…
On pourrait taxer les metteurs en scène français qui… qui…
Et savez-vous que nous sommes victimes d’une seconde tromperie ? Ils ne seront pas un,mais deux.
Oui, oui, c’est ce qu’on dit… M. Schlaeflin et Mlle Pict.
Quels noms !
C’est désolant.
Une désolation. Vous entr’ouvrez la porte et voilà, ça débarque à deux !
Bon, je dois vous dire, de toute façon la fin du monde ne m’intéresse pas.
Je ne serais pas venu.
Ah oui ?
Oui, je pense que toute cette agitation n’est pas bien utile.Nous sommes d’accord.
Nous pourrions aller au cinéma, qu’en pensez-vous ?
Pour mettre en gage une part de ma langue, autrement dit témoigner, je dois medéplacer. Un glissé-décalé.
Car, finalement, une atmosphère familière avait pris d’assaut les tentatives de résistance.
Alors, il me fallait engager d’autres pourparlers, c’est-à-dire dévisager un autre territoire de conflit.

 

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : JOFFREY - Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.  04 26 78 12 80